"Nous avons eu le plaisir d'accueillir dans notre cours d'espagnol Sandra Liliana Sánchez une jeune colombienne de 24 ans et son amie Carolina de la fondation "Social OASIS". L'occasion pour nous d'être confrontés à la langue espagnole mais surtout de découvrir le combat contre la pauvreté et l'exclusion dans les bidonvilles de Bogotá que Sandra mène depuis son plus jeune âge. En effet, malgré ses richesses naturelles, la Colombie est un pays qui connaît de graves problèmes financiers ainsi que de nombreux conflits politiques et sociaux. Bogotá, la capitale, est entourée de bidonvilles où se réfugient les habitants les plus pauvres dans l'espoir de trouver du travail. Bien que leurs conditions de vie soient extrêmement difficiles, ces personnes se battent avec courage pour survivre et améliorer leur sort.

Sandra a sept ans lorsque sa famille s'installe à "El Paraíso" - Le Paradis - le bidonville le plus pauvre de Bogotá. Elle est immédiatement  frappée par la misère qui y règne et dès l'âge de 9 ans, alors qu'elle siège au Conseil municipal des enfants de Bogotá en sa qualité de déléguée des élèves, elle interpelle les élus pour obtenir l'amélioration  des équipements et des services de base de son école. Quelques années plus tard, c'est la mort d'une grand-mère de son quartier, María Pacanchipe, à laquelle elle s'est beaucoup attachée qui va l'amener à  créer son association. Lorsque María meurt de faim, seule et abandonnée de tous, Sandra a treize ans. Dès lors, elle n'aura de cesse de remuer ciel et terre pour que les plus démunis de son quartier puissent manger au moins une fois par jour, se cultiver, se distraire et retrouver un minimum de dignité. 

Déterminée à agir de suite, elle invite une personne âgée seule à dîner chez elle un vendredi soir, puis deux, puis trois… C'est  aussi une petite bibliothèque accessible à tous qu'elle aménage dans son salon. Son père trouvant qu'il y avait un peu trop d'allées et venues, il a fallu chercher des locaux mais aussi de la nourriture et des livres. Sandra est alors soutenue par le Crédit Mutuel et par l'ONG espagnole "AESCO" qui lui permet d'asseoir sa crédibilité face à ses interlocuteurs souvent décontenancés par son jeune âge. Forte de ces soutiens, Sandra, qui n'a alors que 17 ans, fonde en 2004 l'association "Social Oasis" et ouvre un centre d'accueil pour les vieillards et les plus jeunes du quartier.


Bogota_desde_el_paraiso.jpg
 El_barrio.jpg
Equipo.JPG Desayunando.jpg Talleres_casa_de_valores.jpg
Photos reproduites avec l'aimable autorisation de Sandra Liliana Sánchez


Depuis sa création l'association a pu mener à bien les projets suivants :

♦ L'ouverture de deux cantines - Comedores para la vida - qui permettent aux personnes âgées et aux enfants de faire au moins un vrai repas par jour. Environ 510 personnes y sont accueillies chaque jour.

♦ L'ouverture d'une maison de quartier - Casa de valores - pour accueillir et distraire les vieillards et les enfants qui y apprennent l'importance des valeurs humaines telles que le respect de soi, d'autrui et la solidarité.

♦ La mise en place de soutien scolaire et de cours d'informatique, de français ou d'anglais assurés par des bénévoles dont c'est la langue maternelle afin de compléter la formation des élèves qui lorsqu'ils étudient dans une école publique n'ont pas de cours de langue, ni de musique ou encore de dessin. De plus, il était important que ces jeunes puissent avoir un lieu où travailler et accéder à la culture dans de bonnes conditions car contrairement à nous, faute de moyens et de salles de classe, ils ne vont en cours que le matin de 6H30 à 12H ou l'après-midi de 12H30 à 17H. Le reste du temps, ils sont livrés à eux-mêmes et certains doivent parfois travailler pour aider leur famille.

♦ La création d'un programme de parrainage - Plan padrino - qui permet, à toute personne le souhaitant, de parrainer une personne âgée ou un enfant moyennant  deux euros par mois.

♦ L'achat d'une petite ferme - Finca orgánica - à l'extérieur de la ville. Le but de ce dernier projet est que les habitants du quartier, d'anciens cultivateurs pour la plupart, chassés de leurs terres par les FARCS, les paramilitaires ou les narcotrafiquants, s'y rendent afin de cultiver ce qui est nécessaire à la cuisine de la maison de quartier. Dans le même état d'esprit - impliquer les habitants du quartier et leur donner du travail - la fondation envisage d'acquérir prochainement une boulangerie.

Au cours de notre entretien, nous avons été bouleversés par la gentillesse, l'engagement et le courage de Sandra qui n'hésite pas à traverser l'océan pour faire connaître son combat et être le porte-parole des plus démunis tout en réussissant à poursuivre en parallèle ses études de droit pour être avocate. Une belle leçon de vie pour tous !"

Les élèves de la classe de 3e7


Pour en savoir plus et soutenir les actions de l'association :

Le site officiel de la fondation "Social OASIS"
Extrait du film "Le paradis de Sandra"


Nous tenions à adresser nos plus vifs remerciements à Sandra !

Remerciements1.jpg
remerciements2.jpg