Les élèves de 4ème patrimoine ont le plaisir de vous présenter les poèmes qu'ils ont écrits dans le cadre d'un atelier d'écriture animé par leur professeur de français.

Cette année, ce sont les sculptures de Giuseppe Penone présentées dans le Petit Parc du Château de Versailles qui leur étaient proposées comme source d'inspiration. Une manière de participer concrètement aux nombreuses manifestations proposées à l'occasion de l'année Le Nôtre qui est au cœur du projet des classes patrimoine du Collège Jean-Philippe Rameau pour l'année 2013-2014.

A suivre, car d'autres réalisations sont prévues au printemps au sein même du collège.

Espace de lumière



Tronc d'arbre coupé libérant la lumière,
Ecorce rugueuse sans tâche de vert.
Long et large comme un grand bout de bois,
Bronze en dehors et or dedans.

Ses branches s'élèvent comme attirées par le ciel,
Ses pieds de bronze enracinés dans le sol.
Lumière céleste et ombre terrestre,
Bronze en dehors et or en dedans.

Animé et inanimé, statique et dynamique,
Cet arbre dégage un étrange sentiment
De bonheur qui réconforte les cœurs,
Bronze en dehors et or en dedans.
Inès Moua, 4e6





Je me sens enfermée, vous aussi ?
Voyez ce trou sombre et étroit
Dont le doré s'illumine au soleil
Voyez l'immense arbre allongé.

Pauvres petites racines soutenant
L'arbre de bronze
Et vous petites branches vous élevant vers le ciel
Voyez l'immense arbre allongé.

Ecorce, branches et racines
Tous trois rugueux
Au dedans du tronc se porte mon regard
Voyez l'immense arbre allongé.
Ashlay Moudivendar, 4e6




La lumière circule en toi et me réchauffe le cœur
Ton tronc qu'on a coupé en morceaux la laisse passer
Tes branches coulées dans le bronze illuminent mon cœur
Envoûtée par ton charme tu m'élèves
Vers les cieux les plus majestueux.
Charlotte Thary, 4e6



Le Funambule





Le funambule se tient sur un fil
Tout comme cette branche se tient sur ce tronc
Elle paraît légère à première vue
Mais quand on en sait plus sur elle
Et qu'on nous révèle de quoi elle est faite
Nous nous rendons compte que c'est le contraire
Et que cette branche de bronze pèse
Mais notre imagination reprend le dessus
Et la branche paraît légère
Aussi légère que le funambule sur un fil.
Clara Spanhove, 4e6

Le funambule est un arbre
Un arbre à l'air libre toujours prêt à tomber
La grande branche qui le traverse
Est en équilibre
Edgar Baucher, 4e6





Illuminé par la lumière du soleil
Le funambule habillé de bronze resplendit.
Il tient en équilibre
Sur son arbre vertical.

Il a un côté amusant
Semble pouvoir tomber à tout moment.
Mais le funambule reste fort
Et résiste à la gravitation.
Lise Mallol, 4e6

Oh toi mon arbre funambule !
Toi qui es léger comme une plume
Toi qui voles comme un oiseau
Elève ta branche horizontale
Haut vers le ciel.
Erwan Cossou, 4e6



Elévation


Il est haut, il est large,
Et s'élève majestueusement.
Supporté par quatre chênes
Aux troncs ceints de bandelettes
C'est un arbre lumineux
Qui s'élance vers les cieux.
Marion Perez, 4e6

Dans les jardins de Versailles se trouve
Un arbre en élévation
Qui s'élance vers la lumière.
Quand je le vois
Je me sens pousser des ailes.

L'arbre est tenu par des tuteurs verticaux :
Ce sont des chênes feuillus
Ils sont vivants,enracinés
Alors que l'arbre dont je vous parle
Est en élévation.
Joséphine Kéryhuel, 4e6



J'adore l'arbre de légèreté
Quand je le vois je me sens en apesanteur
Cet arbre surélevé par des tuteurs verticaux
A été déraciné comme si on lui ôtait la vie.

L'arbre est entouré d'autres arbres
Eux, ils sont vivants, ils ont des feuilles
Et s'élèvent vers le ciel
Pour y chercher la lumière.
Malorie Laygues, 4e6,

L'arbre en élévation
Essaie de briser la gravité
Déraciné du sol
Il s'élance vers le soleil.

Supporté par cinq jeunes chênes
Arbre immobile et vertical
Branches et racines en bataille
Il s'élève vers le ciel.

Illuminé par le soleil
Surélevé du sol et écarté en étoile
Il n'a plus pied à terre.
Têtes levées, les gens le regardent.
Anissa Aiouaz, 4e6


 



C'est un chêne aérien,
Doté d'un tronc imposant.
A côté de lui,
Nous ne sommes rien.

Certains le regardent de près,
D'autres par en dessous.
Il y en a aussi qui le regarderont de loin
Afin de mieux l'admirer.

Situé en une clairière
Avec d'autres arbres,
Le spectateur est attiré
Par cet arbre aux racine aériennes.

Défiant toute gravité,
Il s'élève, il s'impose.
Défiant tout équilibre,
supporté par des tuteurs.

Ce sont cinq petits chênes ceints de bandelettes.
Elles sont d'une grande utilité
Car aucune branche ne viendra gêner
La magnificence de cet arbre.

Ce n'est pas là la seule œuvre de Penone
Mais si je devais n'en retenir qu'une
Parmi toutes les sculptures de Versailles
Ce serait ce chêne aérien.
Quentin Courtade, 4e6



Inspiration
Son long tronc de bronze rugueux
Supporte une lourde pierre lisse
Et ses longues branches imitant le bois,
S'élèvent en brandissant leur échât.

De ses racines enfouies dans le sol,
Il tient sa force surnaturelle.
Cet arbre débordant de lumière,
N'est pourtant fait que de bronze.
Maxence Valentin, 4e6

Les arbres de Penone sont lumineux
Ils sont grands, s'élèvent et cherchent la lumière
Lisses, immobiles, comme suspendus en apesanteur
Un arbre d'une grande hauteur
Cette légèreté grandiose me donne les frisons
On peut le voir au fin fond de l'horizon.
Emeline Morel, 4e6





Il était si haut, si beau,
Ses feuilles étaient si lisses
Que les oiseaux s'installèrent à sa cime.
La neige qui tombait dessus
Etait douce comme de la mousse
C'était un arbre royal.

A peine l'avait-on planté,
Qu'il grandissait le jour d'après ;
Ses fleurs fleurissaient aussi vite
Qu'une rose dans un beau pré.
Et quand il fut déraciné
Les gens se mirent à pleurer.
C'était un arbre royal.

Il avait une pierre sur le dos
Qui pesait plus de cent kilos.
Aussi solide qu'un bolide immobile,
Marron comme un  bucheron le jour du réveillon.
C'était un arbre royal.
Tom Mougin, 4e6






Je regarde cet arbre qui se tient droit devant moi.
Il ressemble à un roi, coulé en bronze, doré à l'intérieur.
Entouré de deux écorces qui s'élèvent vers le ciel
Il supporte des cailloux très lisses tombés du ciel.
Il est le chef suprême.
David Campos, 4e6

Des troncs rugueux comme des visages de vieilles femmes
Des feuillages verts comme des cheveux de jeunes filles
Des branches qui croissent comme des enfants
Arbres immobiles comme des statues de marbre.

Alice Teixeira, 4e6




C'est un arbre coupé et immobile
On a l'impression qu'il médite.

Il a des anneaux de croissance
Et on pense qu'il est sage.

Tronc scié et allongé
Tu pourrais marcher comme un être vivant.
Loris Pellier, 4e6

Quand je te vois la lumière jaillit en moi
Tes feuilles dorées brillent à longueur de journée
Je ne fais que penser à ta belle couleur
Qui me réchauffe le cœur.

Tu a l'air tellement doux que j'aimerais te câliner
Contempler ta belle couleur dorée toute la journée
J'aime ton écorce rugueuse
Mélange de bronze et de feuilles dorées.

Oeuvre statique tu crées la dynamique
Pénone t'a placé dans le parc
Pour en révéler la beauté.
Mayssa Idjedaini, 4e6


Texte : F.Sauve
Crédits photos : C.Perrot