C'est dans le cadre de la classe à Projet Educatif Artistique et Culturel (PEAC) en partenariat avec le Château de Versailles et co-financé par le collège et le Rectorat de Versailles que les élèves de cinq classes ont pu découvrir l'exposition événement du château de Versailles : "Le roi est mort".

Voici les impressions en mots et en images des classes de 4e3 et 4e4.





 Ce qu'ils ont appris 


Louis XIV est mort de la gangrène à soixante dix-sept ans. Il lègue son pouvoir à son arrière-petit-fils, Louis XV. On l'a embaumé et on lui a retiré le cœur et les entrailles pour les mettre dans des urnes. On l'a ensuite emmené à Saint-Denis avec une musique funèbre. 
Léonard L.

Alors que nous visitions la deuxième pièce, je me suis intéressé à un texte écrit par Louis XIV exprimant ses dernières volontés. Ce testament du Roi Soleil nommait Philippe d'Orléans, son neveu, régent du royaume.
Antoine M.

Sachant qu'il allait mourir, le roi désigna un membre de sa famille comme régent. Il voulait qu'un de ses enfants naturels soit son héritier au cas où le futur Louis XV viendrait à décéder. Mais le Régent fit tout pour casser le testament.
Félix D.

Ce qui m'a intrigué, c'est le testament qu'avait écrit le roi d'une écriture tremblotante.
Axel M.

Ce que j'ai retenu, c'est que Louis XIV est mort à Versailles et qu'il a été transporté à Saint-Denis. Il avait soixante dix-sept ans. Tous les courtisans se sont mis en grand deuil : ils se sont habillés en noir et les femmes ont renoncé aux bijoux.
David M.

Ce qui m'a le plus intrigué, c'est la tripartition et l'embaumement. Les chirurgiens de la cour commençaient par enlever les viscères qu'ils mettaient dans une urne fermée. Ensuite ils enlevaient le cœur et le mettaient dans une boite en forme de cœur. Après ils faisaient des coupures dans le corps pour qu'il se dessèche. Enfin, ils remplissaient le corps de linges et de parfums.
Nolan D.

J'ai retenu que les funérailles du roi sont comme un immense spectacle. Elles se divisent en plusieurs parties : l'embaumement, le convoi, l'exposition, la cérémonie funéraire et l'inhumation. L'embaumement consistait à vider le corps, à le nettoyer et  à le parfumer. Pendant la visite, nous sommes passés devant plein d'outils qui devaient servir à l'autopsie du corps. Ensuite le cercueil du roi était exposé en public. Enfin, un cortège funèbre accompagnait le cercueil jusqu'à Saint-Denis : le trajet de Versailles à Saint-Denis durait toute la nuit.
Zacharie M.

Il y avait plus de deux mille cinq cents personnes dans le convoi du cercueil de Louis XIV vers Saint-Denis où il fut posé sur un catafalque dans le chœur.
Mahamadou S.

Ce qui m'a intéressée c'est de savoir tout ce qui s'est passé à la mort de Louis XIV parce que je ne savais rien de cela.
Seneeja S.


 




 Ce qu'ils ont pensé de la scénographie 


La mise en scène était magnifique. J'avais l'impression de vivre ce grand moment.
Charlotte F.

Ce qui m'a le plus plu, c'est la première mise en scène où des squelettes sont au-dessus du cercueil du roi qui repose sur un catafalque. J'ai adoré la scénographie qui me permettait de mieux comprendre ce qui s'est passé quand le roi est mort.
Océane L.

L'immense reconstitution du catafalque où était déposé le cercueil du roi avec les faux crânes, la fausse main de justice, la fausse couronne et les bougies a retenu mon attention car je l'ai trouvé grandiose et colossale.
Alexandra V.

La scénographie de l'exposition était à couper le souffle : les maquettes, les jeux de lumières, la musique. Toute l'ambiance était vraiment géniale et captivante.
Marie F.

J'ai trouvé que la scénographie était très bien faite. Il y avait une musique de fond et on aurait dit que le roi venait juste de mourir. Tous les murs étaient en noir pour faire penser au deuil.
Matthieu R.

J'ai aimé la mise en scène. C'était effrayant de voir les squelettes qui tenaient la couronne au-dessus du cercueil.
Lucas C.

J'ai trouvé "glauque" le catafalque de Louis XIV sur lequel était posé un grand drap noir avec des fleurs de lys entouré de squelettes tenant un sablier et une faux.
Arthur G.

La scénographie de l'exposition nous plonge dans l'atmosphère du deuil. Les salles sont drapées de noir et plongées dans la pénombre. Une musique mélancolique accompagne la visite et accentue le sentiment de tristesse. J'avais l'impression de participer au deuil comme la cour lors des funérailles du monarque. La mise en scène était particulièrement réussie.
Romain L.

La scénographie était vraiment en adéquation avec la mort. Cela donnait presque la chair de poule. Je me croyais vraiment en train de revivre la mort et les funérailles de Louis XIV.  Tous les décors étaient splendides et on prenait du plaisir à les regarder.
Maÿlis M.

Ce que j'ai préféré c'est la première salle avec la maquette du catafalque et la dernière avec le tableau de Georges Bertrand représentant les funérailles de Sadi Carnot au Panthéon en 1884. Je crois que cette salle présentait l'évolution des funérailles monarchiques aux funérailles nationales.
Emilie T.


F. Sauve